Construire une prévision financière

Cas pratique

Mon client vient de clôturer son exercice 2017 quelques mois après le début de l'année 2018. L'analyse de son résultat si longtemps après sa réalisation a pour lui un goût de réchauffé. Il veut savoir dès maintenant à quoi s'attendre pour 2018. Surtout, il veut être en mesure de prendre au cours de l'année les décisions qui amèneront son entreprise à la performance voulue.

A la lumière de la gestion commerciale, je décrypte le résultat 2017. Ce premier exercice m'amène plus de questions que de réponses. Je sollicite les responsables pour comprendre le fonctionnement de l'entreprise et les particularités de sa traduction comptable. J'en profite pour les interroger sur les faits connus qui auront un impact en 2018.

Lorsque je suis à l'aise avec l'existant, j'y distingue la performance structurelle de l'entreprise et les événements conjoncturels qui l'ont modifiée ponctuellement. Je réunis alors les responsables que j'ai interrogés séparément. Un tour d'horizon des forces, faiblesses, opportunités et menaces de l'entreprise (SWOT) soulève ce qui doit et ce qui peut être fait par chacun. La perspective de regards croisés nous aide à poser des hypothèses communes sur les variations possibles d'une année à l'autre.

Je quantifie ces informations qualitatives dans les comptes qui leur correspondent. La première estimation du résultat 2018 fait l'objet d'un échange avec le dirigeant qui décide d'ajustements. Il prend des décisions opérationnelles que je traduis dans les chiffres.

L'exercice précédent m'a indiqué une saisonnalité, ajustée par les explications de mes interlocuteurs. Je l'applique donc au point de sortie annuel pour mensualiser la prévision.

Je crée ensuite une table calquée sur l'export des journaux comptables avec une ligne pour chaque nature comptable et chaque mois.

Cette tâche est la plus fastidieuse. Mon client ne verrait pas la différence à court terme si je lui laissais simplement la vision synthétique des soldes intermédiaires de gestion. Mais au moment de comparer la prévision et la réalité, il serait difficile de voir d'où viennent les différences qui ne manqueront pas d'apparaître.

Je reconstitue donc les soldes intermédiaires avec un tableau croisé dynamique, qui permet de creuser de la synthèse aux détails fins. Je construis en face un tableau équivalent avec un export des journaux comptables, que mon client alimentera avec sa comptabilité réelle.

Enfin, je rédige une note de commentaires qui détaille les informations et les hypothèses que j'ai prises en compte dans cet exercice. Mon client pourra vérifier chaque mois les écarts entre la prévision et la réalité pour agir en conséquence.

Dans le cadre d'une convention d'abonnement, il me délègue cette tâche. Nous exploitons donc cet outil lors de points gestion qui lui prennent peu de temps et se concentrent sur la performance opérationnelle de l'entreprise.

Bénéfice client

  • Sécuriser l'aboutissement de ses projets
  • Réagir vite aux dérives
  • Anticiper les évolutions de la performance financière
  • Ajuster ses ressources proactivement
  • Impliquer les personnes clés de l'entreprise

Prérequis

Disposer de données opérationnelles et financières fiables et précises

Contenu

  • Analyse de l'exercice précédent
    • Distinguer les événements ponctuels et récurrents
    • Identifier les facteurs de variation
  • Prévision des événements opérationnels avec les personnes clés (vente, production, achats, RH)
  • Application compte par compte de l'impact financier de ces événements
  • Mensualisation de la prévision selon la saisonnalité
  • Explication des points de sortie et des variations annuelles

Livrable

  • Un compte de résultat prévisionnel détaillé par compte et par mois dans Excel
    • En table de données brutes
    • En tableau mis en forme
  • Une note d'accompagnement

Durée

3 à 4 journées

Tarif

4 000 €