Quelle méthode pour bien gérer ses stocks ?

En école de management, on nous apprend bien sûr la stratégie, le marketing, la finance mais aussi… la logistique. J’ai été marquée dans mon cursus à emlyon par le cours Management des Opérations, qui reprend toute la chaîne de production d’un produit. Je me souviens qu’au début de ce cours, je me suis demandée : mais à quoi cela va-t-il bien nous servir ? Nous, les futurs managers disruptifs, ceux qui vont manager des équipes aux quatre coins de la planète, ceux qui vont penser les stratégies des entreprises du CAC 40 ou de start-ups innovantes. Je me suis interrogée sur l’intérêt de comprendre une chaîne de production pour des étudiants en management. Pourtant, ce cours et mes différentes expériences professionnelles m’ont appris que la gestion des stocks est essentielle pour optimiser les performances, les revenus et la marge d’une entreprise. Mais comment bien gérer les stocks de sa société ? Malgré les avancées technologiques récentes, la gestion des stocks reste un sujet brûlant. C’est pourquoi, à travers cet article, je vous propose une réflexion personnelle sur quelques méthodes à maîtriser pour optimiser sa chaîne logistique et éviter les erreurs de stocks, trop souvent coûteuses à une entreprise.

De l’importance de la gestion du stock : le « jeu de la bière »

Le cours de Management des Opérations que j’ai suivi à l’emlyon business school commençait par un cas pratique, le « jeu de la bière ». Il s’agit de fabriquer un produit simple : un pack de bières. Voici les différents acteurs de l’exercice :

  • Le fournisseur ;
  • La brasserie ;
  • L’entrepôt ;
  • Le grossiste ;
  • Le pub ;
  • Le client.

Le fournisseur est généralement assuré par le professeur tandis que les demandes du client sont attribuées aléatoirement par un logiciel. Chaque équipe joue le rôle d’un des intermédiaires et doit assurer la meilleure qualité de service possible à ses clients en minimisant son niveau de stock tout en sachant répondre à la demande. Chaque jour, il s’agit d’entrer de nouvelles commandes et de livrer les commandes à l’acteur qui suit votre équipe. Cela paraît facile, non ? Pourtant, le « jeu de la bière » nous apprend que la gestion des stocks n’est pas si simple. Comment anticiper les besoins des clients en avance ? Comment savoir si notre fournisseur va avoir assez de stocks pour répondre à notre demande ? Comment minimiser notre inventaire pour réduire les coûts ? Toutes ces questions, nous nous les sommes posées. Nos difficultés durant ce jeu nous ont fait saisir l’importance de la gestion des stocks.

Tout d’abord, il existe différents types de stocks :

  • Le stock de matières premières destinées à être transformées dans le processus de production ;
  • Le stock de marchandises ;
  • Le stock de produits intermédiaires, c’est-à-dire semi-finis ;
  • Le stock de produits finis ;
  • Le stock des diverses fournitures telles que les emballages, les cartons ou encore les palettes.

Bien sûr, il peut être tentant d’avoir du stock en réserve pour pouvoir répondre aux attentes de vos clients rapidement et efficacement. Néanmoins, avoir du stock, cela coûte cher. Les coûts d’inventaire sont en effet très élevés. C’est pourquoi, il est important d’évaluer correctement les stocks et de suivre leur rotation. Une bonne gestion du stock permet également de limiter les pertes de votre entreprise dues à une possible dégradation des stocks (obsolescence par exemple). Enfin, gérer vos stocks vous assure de la flexibilité et de la souplesse, deux leviers clés pour assurer une performance optimale à votre entreprise !

4 méthodes pour bien gérer ses stocks

En cas de mauvaise gestion des stocks, deux problèmes peuvent survenir :

  • Le sur-stockage, qui conduit, comme nous l’avons évoqué ci-avant, à des coûts d’inventaire trop importants ;
  • Le sous-stockage, qui peut se traduire par un article non disponible pour vos clients ou encore un arrêt total de la production.

C’est pourquoi, en gestion des stocks, deux variables sont essentielles : la date de la commande et la quantité commandée. C’est en jouant sur ces deux constantes que l’on peut dégager quatre méthodes de gestion des stocks que je vous présente ci-dessous :

La méthode de réapprovisionnement fixe périodique : également appelée méthode calendaire, cette méthode de gestion des stocks consiste à commander une quantité fixe à date fixe. Attention, s’il s’agit de l’une des méthodes les plus simples à réaliser, la méthode calendaire est également l’une des plus risquées car elle peut rapidement conduire à des erreurs de stock ;

La méthode de recomplètement périodique : ici, le gestionnaire des stocks doit définir un niveau de stock maximum. À chaque période, le gestionnaire doit compléter la quantité manquante pour atteindre ce stock maximum. Cette méthode s’applique à intervalles réguliers et consiste à commander à date fixe une quantité variable puisque le niveau de stock à compléter varie en fonction du volume des ventes ;

La méthode de réapprovisionnement à la commande : cette méthode consiste à passer commande d’une quantité variable qui s’adapte à la demande ;

La méthode de gestion à point de commande : il s’agit d’une méthode à date variable mais à quantité fixe. En suivant cette méthode, vous allez devoir définir un point de commande correspondant à un niveau du stock. Dès que ce point de commande sera atteint, il faudra déclencher la commande de réapprovisionnement selon la quantité fixe que vous aurez décidé en amont.

Mon conseil pour organiser ou ajuster votre gestion de stock

Le choix d’une méthode correspond à vos réalités opérationnelles et commerciales. Vous pouvez être contraint de commander une quantité fixe ou de respecter une date prédéfinie de livraison. Je vous recommande d’utiliser votre historique de ventes pour simuler les variations de votre stock avec la méthode que vous envisagez. Vous estimerez ainsi les seuils à pratiquer pour réduire vos coûts sans subir de ruptures.

 Amandine PEYRE

 

  • Qui est le client ? Thomas DELPECH

    Qui est le client ? En contrôle de gestion, on me demande régulièrement des analyses par client. C'est quand même mieux de savoir lesquels vous rapportent et lesquels vous coûtent. Mais avant de répondre à cette question, nous devons éclaircir un point essentiel : qui est le client ? Pour être plus exact, qui paie ? Prenons un exemple : Netflix vs la télé. Qui est le client d'une chaîne télé ? Vous ? Non, ce n'est pas vous qui payez. Le client, c'est la marque qui achète des spots de publicité. Vous, vous êtes le produit. En conséquence, les choix de la chaîne ont un but, vendre des spots de...

  • 3 outils pour piloter les causes plutôt que les conséquences Amandine PEYRE

    3 outils pour piloter les causes plutôt que les conséquences Dans toute entreprise, il arrive de ne pas atteindre les objectifs que l’on s’était fixés. Plutôt que de s’attarder sur les chiffres de la performance ratée, nous vous proposons aujourd’hui une série d’astuces pour aller chercher le succès à la racine. En effet, trop de managers tentent d’analyser, souvent en vain, les conséquences d’une performance ou d’un projet plutôt que d’en explorer les causes. Pourtant, c’est grâce à une analyse fine des causes que vous pourrez améliorer les processus internes de votre entreprise, prendre...

  • Quelle méthode pour bien gérer ses stocks ? Amandine PEYRE

    Quelle méthode pour bien gérer ses stocks ? En école de management, on nous apprend bien sûr la stratégie, le marketing, la finance mais aussi… la logistique. J’ai été marquée dans mon cursus à emlyon par le cours Management des Opérations, qui reprend toute la chaîne de production d’un produit. Je me souviens qu’au début de ce cours, je me suis demandée : mais à quoi cela va-t-il bien nous servir ? Nous, les futurs managers disruptifs, ceux qui vont manager des équipes aux quatre coins de la planète, ceux qui vont penser les stratégies des entreprises du CAC 40 ou de start-ups innovantes....

  • Les chiffres, clés de la croissance des PME Thomas DELPECH

    Les chiffres, clés de la croissance des PME Faire grandir une entreprise au-delà de 10 salariés ou 1 M€ de chiffre d'affaires est un défi pour le dirigeant. Les obstacles qu'il rencontre dépassent les effets de seuils administratifs. Le contact continu avec la réalité quotidienne, les clients et les salariés de l'entreprise lui a permis jusque-là de maîtriser son activité. Or ce contact n'est pas possible dans une structure plus grande. Une seule personne ne peut pas répondre aux attentes des clients, coordonner l'action des salariés et adapter l'entreprise à un marché en transformation...

  • Prévisions financières et entrepreneuriat Amandine PEYRE

    Réussir ses prévisions financières pour réussir son projet entrepreneurial Lorsqu’on construit un projet entrepreneurial, il est important de penser à la faisabilité, à la rentabilité et à la viabilité du projet. Ces aspects sont mesurés par les prévisions financières de votre projet entrepreneurial. Les prévisions financières sont essentielles afin de connaître tous les besoins financiers de votre prochaine entreprise et les éventuelles ressources qui pourront les satisfaire. Il est donc important que ces prévisions financières soient réalisées avec attention. Ces éléments vous aideront...

  • Le calcul des coûts est trop subjectif ? Tant mieux ! Amandine PEYRE

    Le calcul des coûts est trop subjectif ? Tant mieux ! Afin d’orienter au mieux la stratégie de leur entreprise, les dirigeants ont besoin d’une approximation du coût la plus réaliste possible. La comptabilité analytique, appelée plus communément comptabilité de gestion, est en effet indispensable à la prise de décisions importantes telles que fixer un prix de vente, gérer un portefeuille de produits ou encore lancer un nouveau produit sur le marché. Il existe différentes méthodes de calcul des coûts qui présentent toutes des avantages et quelques limites. En particulier, le calcul des coûts...

  • Utiliser les indicateurs de performance pour définir la stratégie d’une entreprise : pourquoi ça marche ? Amandine PEYRE

    Utiliser les indicateurs de performance pour définir la stratégie d’une entreprise : pourquoi ça marche ? Tous les dirigeants d’entreprise attachent une importance particulière aux indicateurs de performance, appelés également KPI (Key Performance Indicator). Ces outils permettent de mesurer toutes les performances réalisées par l’entreprise, à savoir notamment le chiffre d’affaires, le niveau des stocks et le niveau de rentabilité. Toutefois, même si les indicateurs de performance ne sont a priori que des outils de mesure de bonne santé de l’entreprise, la réalité est toute autre. Les KPI...

  • Vous n'avez pas besoin d'un contrôleur de gestion Thomas Delpech

    Vous n'avez pas besoin d'un contrôleur de gestion Je travaille avec des chefs d'entreprises. Il est clair que payer quelqu'un à contrôler leur gestion ne les intéresse pas. L'Etat les a d'ailleurs entendus en relevant le seuil à partir duquel l'intervention d'un commissaire aux comptes est obligatoire. Chaque fois que j'évoque le contrôle de gestion, les activités de reporting et vérification des notes de frais viennent à l'esprit de mon interlocuteur. Et pour cause ce sont les principales occasions de contact entre cette fonction support et les managers. Un dirigeant m'a confié qu'il a...