Comment donner sa place à la créativité dans l'entreprise ?

A l’heure de la révolution numérique, les entreprises doivent former une main-d’œuvre capable de s’adapter au changement et d’innover en proposant des idées créatives. Productivité et créativité, à la fois opposées et complémentaires, sont devenues les fondements de la culture entrepreneuriale. La productivité implique un accroissement de la production, devenu la responsabilité de chaque salarié. La créativité, capacité à créer, concevoir des idées nouvelles et développer une pensée de rupture essentielle à l’innovation, dépend d’un environnement favorable que l’entreprise peut mettre en place. Il faut alors se poser la question du rapport entre temps de travail, productivité et créativité.

Repenser la gestion du temps pour optimiser la productivité

Dans un monde de plus en plus connecté, les sources de distractions sont nombreuses : notifications de son smartphone, sollicitations fréquentes et pollution sonore dans les espaces de travail partagés et open spaces. On voit ici le paradoxe du travailleur ultra-connecté qui, faute de concentration, se retrouve déconnecté de la tâche à accomplir. Pendant paradoxal du burn-out, le bore-out ou l’ennui au travail est révélateur de la difficulté pour une entreprise d’optimiser la productivité de chaque salarié sans entraver sa motivation. L’automatisation des tâches grâce aux outils digitaux laisse plus de temps aux travailleurs pour se consacrer à de la réflexion. Les modèles managériaux traditionnels sont remis en cause : les salariés souhaitent moins de hiérarchie, plus de lien social et de liberté.

Alors que la productivité est optimisée en gérant le temps et les tâches des salariés, la créativité repose sur des plages horaires très larges et se déploie difficilement sous la contrainte : on peut avoir des idées révolutionnaires en dehors de son temps de travail, une fois les réunions et rendez-vous professionnels écartés. Alterner entre des plages de grande concentration - déconnectées d’internet - et des plages plus libres est un moyen de parvenir à plus de productivité. Laissons les idées s’émanciper de la contrainte horaire. A priori, plus les choses sont faites rapidement, plus la productivité augmente. Ce n’est pas le cas pour le processus créatif qui repose sur deux facteurs temps : un temps court de réflexion pour faire émerger des idées, et un temps plus long de sélection et d’incubation des meilleures idées pour en tirer une innovation.

L’enjeu d’un environnement de travail favorable à la créativité

Les stratégies d’amélioration de la productivité via une réduction des coûts et de la main-d’œuvre nuisent à la créativité. Les entreprises les plus créatives préservent leur masse salariale qui constitue à la fois le capital intellectuel et créatif nécessaire pour gagner en compétitivité. Bien qu’un minimum de « désordre » soit favorable à l’émergence d’un processus créatif, instaurer trop d’incertitude dissuade les travailleurs d’être créatifs par crainte de mettre en péril l’activité de l’entreprise. Il faut donc trouver un juste milieu entre liberté et rigueur.

Un climat favorable à la créativité doit être mis en place, reposant sur de la flexibilité, un leadership participatif, de la proactivité, une communication ouverte, le partage des connaissances, un système de récompenses et une tolérance à l’échec. Par ailleurs, une nouvelle manière de penser l’espace de travail se développe pour favoriser la créativité, comme les flex offices : des bureaux modulables en fonction des besoins de chacun, ouverts et intelligents, collaboratifs et connectés.

Manager la créativité et l’innovation

L’économie créative est fondée sur la mobilisation d’un capital intellectuel et notamment d’intelligences collectives pour produire des biens et/ou services. Dans le processus créatif, on passe d’une pensée divergente – un amas d’idées – à une pensée convergente – la sélection des idées les plus prometteuses. Les méthodes participatives et collaboratives font leurs preuves : il vaut mieux inciter que contraindre pour parvenir à ses fins. Différentes pratiques visent à accélérer le processus de créativité : brainstorming, associations d’idées, carte mentale…

L’organisation de séances de créativité par le manager est un moyen de booster la productivité de son équipe en favorisant la prise d’initiative de chacun et l’écoute mutuelle. Elles doivent être encadrées par un animateur capable d’aider les participants à générer un maximum d’idées en un temps limité. Il est préférable de réunir des travailleurs de différents niveaux hiérarchiques. Le département RH a donc intérêt à se former aux techniques de créativité pour animer ces réunions. La créativité peut aussi être encouragée au quotidien sur la base du volontariat avec l’organisation de « déjeuners intelligents », où un participant propose une problématique et chacun peut contribuer librement au débat.

 

Santa MULLER

  • Faut-il être une entreprise heureuse pour durer ? Thomas DELPECH

    Faut-il être une entreprise heureuse pour durer ? Quelle est la relation entre le bonheur et la performance d'une entreprise ? Pendant plusieurs mois, Claire Pousset et moi avons cherché ensemble la réponse à cette question. Le fruit de notre travail est un guide pratique dans lequel nous proposons un ensemble d'actions pour être heureux et performants avec nos collègues et collaborateurs. Nous vous l'offrons aujourd'hui en téléchargement libre. Télécharger le guide   Thomas Delpech

  • Comment donner sa place à la créativité dans l'entreprise Santa MULLER

    Comment donner sa place à la créativité dans l'entreprise ? A l’heure de la révolution numérique, les entreprises doivent former une main-d’œuvre capable de s’adapter au changement et d’innover en proposant des idées créatives. Productivité et créativité, à la fois opposées et complémentaires, sont devenues les fondements de la culture entrepreneuriale. La productivité implique un accroissement de la production, devenu la responsabilité de chaque salarié. La créativité, capacité à créer, concevoir des idées nouvelles et développer une pensée de rupture essentielle à l’innovation, dépend d’un...

  • Comment manager une intelligence collective Santa MULLER

    Comment manager une intelligence collective ? “On n’est intelligent qu’à plusieurs.” Albert EINSTEIN Dans le meilleur des mondes, on se passerait de hiérarchie et les managers n’auraient plus de subordonnés. L’entreprise libérée - concept théorisé par Isaac Getz - prône un management horizontal et vise le bien-être et la responsabilité de tous en assurant à chacun de prendre part aux décisions. Tout avis compte pour une voix et les décisions n’ont pas besoin d’être validées par un comité de direction. Cela implique la transparence de l’information et des règles communes à tous. Il ne s’agit...

  • Qualité de vie au travail - tous responsables Santa MULLER

    La QVT des entreprises : dirigeants, salariés, DRH ; tous responsables ? A qui la faute ? Ces derniers jours s’est débattue une question récurrente concernant la qualité de vie au travail : faut-il reconnaître le burn-out comme une maladie professionnelle ? Selon l’OMS, cette maladie de l’épuisement au travail est d’origine pluri-factorielle, ce qui remet en cause l’idée qu’elle puisse être définie comme une maladie professionnelle.La question n’est pas tellement de définir les symptômes du mal-être au travail, mais plutôt de prévenir que guérir, d’identifier les facteurs de risque pour...